Entrée au dictionnaire universel des Créatrices !
EDITIONS DES FEMMES    

  Mémoire de master II d'Élise Bourmault
Théâtre et philosophie
dans l'oeuvre de Dominique Paquet (version PDF)
 
 
 
 


 

Dominique Paquet

Wikipédia


Née à Bordeaux, Dominique Paquet a mené des études de philosophie parallèlement à sa carrière de comédienne.

Chargée de cours dans plusieurs universités, elle travaille à des adaptations théâtrales de textes littéraires (Colette, Dame seule, d'après Colette, Enquête sur Hamlet d'après Pierre Bayard) et philosophiques (Au Bout de la plage, le Banquet d'après Platon ; Le Boucher cartésien d'après Descartes ; Le ventre des philosophes d'après Michel Onfray) avant d'écrire et de publier des textes de théâtre destinées au jeune public : Les Escargots vont au ciel - Son Parfum d'avalanche - Un Hibou à soi - Froissements de nuits -Terre parmi les courants, - Les Echelles de Nuages - Cérémonies, Passage des hasards . La Consolation de Sophie, Maman Typhon... Lauréate de plusieurs bourses et prix, elle a assumé la co-direction artistique de l'Espace culturel Boris Vian des Ulis en Essonne. Co-directrice du Groupe 3.5.81. Elle assume la délégation générale des Ecrivains Associés du Théâtre (EAT). Depuis plusieurs années, elle anime partout en France des Cafés Philo pour adultes mais aussi des Choco-philo pour les enfants, montrant la nécessité et l'urgence d'un débat permanent et citoyen.

L'essentiel, lire, toujours lire !

"Que ce soit dans les ouvrages de philosophie ou dans les textes dramatiques, on retrouve le même goût pour la sensorialité et les métamorphoses, une attention portée aux états de conscience altérés (la folie, la double personnalité, les états oniriques), ainsi qu'une énergie rhapsodique qui tient sans doute à mon métier d'actrice. La philosophie tient également une grande place dans ma vie, à la fois en raison de ses esthétiques multiples, mais aussi de sa puissance épistémologique. Quant aux thèmes généraux, on trouvera successivement : la philosophie - la philosophie pour le jeune public - le maquillage et les mises en scène du corps - l'apprentissage- les questions de société - les jeux dramaturgiques. Dominique Paquet 

Actualités de rentrée

 

Résidence d'écrivain avec la Maison Julien Gracq
(St Florent-le-Vieil ,Pays de Loire) Octobre à décembre 2016
Résidence à l'Université de Grenoble
du 21 au 25 novembre 2016 
Musée de la Chaussure de Romans, Cambrure fragile  
8 mars 2017 Journée pour les droits des femmes
Chemins de Dames à Evry

 

 

Insoutenable métaphysique du mal

Editorial de l'Anrat

ACTUalités théâtrales :
Dominique Paquet in "La littérature Jeunesse au présent"
2014-15 Coopération théâtrale à l'école
Théa avec Dominique Paquet
Maman Typhon par le Théâtre des Collines
Les didascalies
Spectacles "en Recommandé "
Ligue de L'enseignement
 18-19 janvier 2018 à Clermont-Ferrand


Focus des Ecrivains associés du Théâtre



ACTUalités littéraires 
Ouvrages collectifs 
Juin 2015 L'Art olfactif contemporain
Juin 2015, la littérature jeunesse au présent

ACTUalités philosophiques



DiOTIME

Les Cafés-Philo Saison 2017-2018

Après une résidence au Théâtre du Pélican la saison dernière ,dans le cadre des Nouvelles Mythologies de la Jeunesse.,"Floue" de Dominique Paquet a été éditée par Théâtrales Jeunesse au printemps 2017 ainsi que les autres textes écrits par les auteurs ayant participé à cette aventure.

Floue de Dominique Paquet
Mise en scène de Jean-Claude Gal
 15 au 19 janvier 2018 - Théâtre du Pélican


Floue est fascinante parce qu’elle absorbe le lecteur par la salive, par la cavité buccale qui sécrète l’effet produit par le mot (acidité, sucré) et projette également contre le palais sa texture (le vaporeux ou le coupant). J’ai reconnu le livre de recettes de ma mère avec ses photos-illustrations qui donnent pas du tout envie de manger!) mais aussi le goût et la sensation du poids de la nourriture dans le corps. La fluidité des temporalités est comme le ressort bandé de la tragédie qui se déroule devant nos yeux témoins impuissants d’un système qui broie les adolescentes… On passe de l’intérieur à l’extérieur pour prendre acte de la disparition. Ce face à face avec soi-même parle finalement de l’impact du monde sur un corps qui est devenu force mentale. Et la force de ce texte est de faire entrer la corporalité de ce monde dans la tête du lecteur. La force des images mentales.

Rafaëlle Jolivet-Pignon, dramaturge, écrivain
 Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle